Actualités Huiles Essentielles

L’arthrose, comment se soulager à l’aide des huiles essentielles ?

Françoise Couic-Marinier, Docteur en pharmacie, spécialiste en aromathérapie et Marion Lemain, Kinésithérapeute nous partagent leurs conseils, pour soulager les douleurs articulaires liées à l’arthrose à l’aide des huiles essentielles.

L’arthrose peut se déclarer par de multiples façons : une usure naturelle de l’articulation. Une prédisposition familiale. Un surpoids. Un stress biomécanique. Une succession de traumatismes articulaires (comme chez le sportif amateur, et encore plus chez le professionnel). L’arthrose peut survenir très tôt dans l’histoire de notre corps.

Par un manque d’utilisation de l’articulation concernée, la douleur peut s’accompagner ou non de déformations et de tensions musculaires et de rétractions. Il arrive que l’arthrose puisse se traduire par une algie de dérouillage matinale. Celle-ci provoque une sensation de « sable » dans l’articulation et se manifeste par des douleurs à la descente des escaliers ou des transferts (pour les genoux).

On ne discutera pas l’intérêt de la kinésithérapie dans la prise en charge de cette pathologie. En complément, il est important de conserver une activité physique (non douloureuse et adaptée). Il faut maintenir une mobilité optimale qui nourrit l’articulation. Mais aussi, développer les compétences musculaires (renforcement, étirement, stabilisation des structures) sont essentielles pour baisser les sensations douloureuses.

Le massage de l’articulation et des structures périphériques a lui aussi sa place dans la rééducation. En effet, il permet de diminuer les douleurs et les tensions musculaires. De plus, il favorise la circulation et la pénétration de produits actifs comme les huiles essentielles.


Trois angles d’attaques aromatique par voie cutanée

1/ Réduire la douleur de l’arthrose

Gaulthérie (Gaultheria procumbens, ou fragrantissima) : antalgique et anti-inflammatoire majeure en aromathérapie. La gaulthérie est l’huile du sportif et du masseur kinésithérapeute. Rubéfiante, elle complétera l’effet « chauffant » du massage. Contre-indications : chez la femme enceinte, allaitante, l’enfant de moins de 12 ans et les personnes présentant des troubles de la coagulation (ou sous anti-coagulants), ou ayant une allergie à l’aspirine.

Girofle (Eugenia caryophyllus) : l’eugénol contenu dans l’huile essentielle de clous de girofle lui confère son pouvoir anesthésiant. Contre-indications : chez la femme enceinte ou allaitante, l’enfant de moins de 12 ans et les personnes présentant des troubles hépatiques. Peut entrainer des troubles de l’agrégation plaquettaire. Il est important de bien la diluer !

2/ Détendre les muscles péri articulaires

Lavandin super (Lavandula hybrida clone super) : assez proche de la lavande vraie, son huile essentielle contient néanmoins du camphre ! De fait, elle sera alors décontractant musculaire et soulagera les tensions accompagnant les douleurs. Contre-indications : chez la femme enceinte, allaitante, l’enfant et l’épileptique.

Romarin à camphre (Rosmarinus officinalis camphoriferum) : L’huile essentielle de romarin camphré permet de chauffer l’articulation douloureuse. D’autre part, elle est idéale pour remobiliser grâce à sa teneur importante en camphre. Contre-indications : chez la femme enceinte, allaitante, l’enfant et l’épileptique.

Katrafay (Cedrelopsis grevei) : plante endémique de Madagascar, son huile essentielle viendra décongestionner la zone douloureuse. Elle diminuera les douleurs et aidera à relâcher les muscles périarticulaires. Contre-indications : chez la femme enceinte, allaitante et l’enfant.

3/ Drainer l’articulation

Le genévrier commun (Juniperus communis) : antirhumatismal favorisant l’excrétion des toxines par le rein. Elle contribue également à retrouver un équilibre acido basique sur des terrains « acides ». L’’huile essentielle de genévrier draine les toxines et soulage la douleur en association avec l’huile essentielle de gaulthérie et celle d’eucalyptus citronné : le trio gagnant anti-inflammatoire ! Contre-indications : chez la femme enceinte, allaitante et l’enfant et les personnes présentant des pathologies rénales.


Quelles huiles végétales sont nos alliées ?

Les huiles essentielles étant très concentrées, elles doivent toujours être utilisées diluées. Voici les huiles végétales les plus appropriées en cas d’arthrose.

Les huiles végétales constituent des excipients de choix pour les préparations . Elles permettent d’effectuer des massages de qualité. Il suffit de les diluant avec des huiles essentielles (10 à 20 % maximum en fonction de la zone concernée). Cependant, elles ne sont pas QUE ça ! Leurs composants ont des actions propres pour renforcer l’efficacité du soin.

  • Calophylle inophyle : anti inflammatoire en elle même et anti douleur. C’est une huile de choix pour cette pathologie avec cependant une odeur prononcée (sa couleur verte est naturelle).
  • Extrait lipidique de millepertuis : cette huile a des effets calmants très bénéfique sur cette pathologie (attention à la photosensibilisation).
  • Extrait lipidique d’arnica : connue pour ses effets extraordinaires sur les douleurs et les bleus. Cet extrait lipidique complète la synergie huileuse de la formule donnée.

Quoi faire si on est en poussée inflammatoire d’arthrose ?

L’articulation est chaude, rouge, douloureuse la nuit ? On ralentit pour calmer l’inflammation, on glace… et on sort notre joker aroma : L’Eucalyptus citronné ! qui viendra renforcer l’effet anti-inflammatoire des autres huiles.

Exemple de préparation*

Masser la zone douloureuse, jusqu’à 5 fois par jour avec quelques gouttes de la préparation. Cette formule a une odeur très « sportive » et tonique qui peut contribuer psychologiquement à soulager la douleur !

Contre-indications : cette formule est contre-indiquée chez les personnes hémophiles ou sous traitement anticoagulant oral (présence de gaulthérie). Egalement contre-indiquée chez la femme enceinte ou allaitante et l’enfant de moins de 6 ans. Les personnes épileptiques (présence de romarin camphré et de genévrier).


Les conseils du kiné pour adopter les bons gestes

  • Protégez vos articulations et renforcez votre musculature : plus vous sollicitez vos articulations, plus votre cartilage est irrigué et peut se renouveler. Il est donc essentiel de pratiquer régulièrement une activité physique modérée. En effet, une pratique intensive ferait l’effet inverse ! L’idéal : marche de 30 minute, natation, l’aquagym, gym douce. Ne forcez pas et éviter de soulever des charges trop lourdes.
  • Évitez les stations debout ou assise prolongées, le dérouillage n’en sera que plus compliquer !
  • On évite les impacts ! Par exemple, ne courez pas sur les sols durs comme le bitume.
  • Surveillez aussi votre poids, car une surcharge pondérale peut aggraver l’arthrose.
  • Optez pour les cures thermales ou des thalassothérapies. Elles sont souvent indiquées pour soulager la douleur et donnent des résultats perceptibles sur plusieurs mois.
  • Prenez des plantes (en gélules) qui améliorent la mobilité et la souplesse : harpagophytum (un excellent anti-inflammatoire naturel), reine-des-prés (aux vertus antalgiques), saule blanc (antispasmodique), l’hydrolat de cassis … Leur utilisation et la durée de traitement varient selon les plantes et les préparations. Demandez conseil à votre pharmacien. Ces plantes permettent aussi d’éviter les effets secondaires sur l’estomac des traitements anti-inflammatoires classiques.
  • Freinez l’évolution de l’arthrose avec des compléments alimentaires associant glucosamine (fabriquée par l’organisme à partir du glucose et de la glutamine, un acide aminé) et chondroïtine (constituant essentiel du cartilage, elle est naturellement produite par l’organisme).
  • Des exercices appropriés, dont des étirements, le renforcement musculaire et les exercices de posture, aident à préserver la santé du cartilage. De même, ils contribuent à accroître l’amplitude articulaire et à renforcer la musculature adjacente pour mieux absorber les traumatismes. N’hésitez pas demander l’avis de votre kinésithérapeute !

*Extrait du « Guide terre vivante des huiles essentielles » du Dr Françoise COUIC MARINIER et Dr Anthony TOUBOUL.


#douleursarticulaires #arthrose #huilesessentielles #aromatherapie #laboratoireseona #eonalab

Suivez-nous : InstagramFacebook YouTube